Pourquoi ferre-t-on les chevaux ?

La question

"Le cheval est le seul animal dans lequel on puisse planter des clous..." [Jules Renard] Heureusement, ça ne lui fait pas mal ! En effet, du point de vue anatomique, le cheval marche sur un doigt et le fer est fixé dans la partie cornée du sabot, là où il n'y a pas de nerfs (c'est l'équivalent de nos ongles). Les premiers fers à chevaux datent du IXème siècle et la grande majorité des chevaux sont aujourd'hui ferrés. Mais quelle est l'utilité du fer à cheval ?
fer à cheval

La réponse

Il est tellement commun de voir des chevaux ferrés que lorsque l'on demande aujourd'hui pourquoi aux jeunes cavaliers, ils sont bien embarassés de répondre. Certains postuleront que c'est pour éviter aux chevaux de glisser. Or c'est bien le contraire qui se produit : un fer à cheval diminue les frottements et rend les appuis beaucoup moins sûrs. Sur terrain humide ou herbeux, on fixe même souvent des crampons pour limiter les glissades !
 
En faisant l'analogie avec le port de chaussures, on pourrait penser que le fer est posé pour que le cheval ne se fasse pas mal. En effet, si ce dernier marche sur des cailloux pointus à « sabots nus », il peut se blesser la sole (sous le sabot) alors qu'un fer surélève les pieds et limite le contact. Mais ce n'est pas l'unique raison : les chevaux de concours et de clubs sont tous ferrés, alors qu'ils restent majoritairement sur le sable !
 
Et la raison est bien ici : si vous avez déjà couru pied nu sur du sable, vous avez peut-être ressenti le frottement et l'échauffement que cela produit sous le pied. Or un sabot de cheval, en corne, est littéralement limé par l'action du sable ! A raison de séances de travail d'une heure, parfois deux fois par jour, l'usure est importante... Idem pour le frottement sur le goudron ou le béton pour les chevaux de ville. Et le problème des chevaux qui travaillent, c'est que l'usure du pied est plus rapide que la pousse naturelle. On ferre donc les chevaux de travail pour éviter une usure trop importante de leurs sabots.
 
Et il n'y a encore pas si longtemps, on ferrait égellement les vaches ou les boeufs qui servaient au travail agricole! Mais c'était un autre labeur : un sabot de vache est en deux parties et l'animal est souvent bien moins coopréatif...
 
Error
Le saviez-vous ?
Tout comme les hommes peuvent porter des semelles orthopédiques, certains fers sont travaillés pour corriger des défauts d'aplomb chez le cheval. C'est entre autre l'étude de l'usure inégale des fers (entre un pied droit ou gauche, ou entre l'intérieur et l'extérieur des fers) qui permet de constater ces défauts.
 
En résumé...
 
Si l'on ferre les chevaux, c'est pour éviter une usure trop importante de leurs sabots. Chez les chevaux de club ou de compétition marcher ou courir dans le sable lime la corne de leur sabot plus vite qu'elle ne pousse. Le sabot surélève le pied et limite les frottements, l'échauffement et l'usure.

Pour aller plus loin...

- Fers orthopédiques (site internet d'ACR-concept)
 
 
Lien retour vers la boite à Pourquoi
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.1 (9 votes)

Commentaires

Utilisateur non enregistré

et alors, les chevaux sauvages comment y font ?

Portrait de Mallice
A l'état sauvage (ou naturel, étant donné qu'il reste peu de chevaux "sauvages" à l'heure actuelle), l'usure du sabot est normalement compensée par la pousse de la corne ; le sabot s'use aussi vite qu'il ne pousse.
Dès lors que le cheval est en captivité et travaillé, son rythme de vie et ses activités peuvent être modifiées. Comme il est précisé dans l'article, lorsque le cheval travaille régulièrement sur du sable ou du goudron, la corne du sabot s'use plus vite qu'elle ne pousse ! Poser des fers permet donc de freiner cette usure "anormale", qu'un cheval sauvage ne rencontre pas normalement. A l'inverse, si le cheval ne peut pas se déplacer suffisamment, son sabot pousse mais ne s'use pas assez : il faut alors couper la corne en trop.
La pose de fers dépend donc bien du travail du cheval : si le pied ne s'use pas trop vite, pas besoin de fers !
 

Sometimes I think the surest sign that intelligent life exists elsewhere in the universe is that none of it has tried to contact us. (Bill Watterson, Calvin & Hobbes). 

Utilisateur non enregistré

Alors si je suis votre raisonnement, un cheval de club userait plus sa corne qu'un cheval sauvage qui, lui, ne connait pas le box, les champs moelleux, mais au contraire gambade sur un sol parfois rocheux?
Ensuite pour ce qui est du pied ferré, dont la sole n'est pas en contact avec le sol, ne croyez vous pas qu'il se fragilise de la même manière que si nous utilisons constamment des chaussures, notre plante de pied ne produira guère de corne?
Un pied jamais ferré et habitué a tous les terrains ne sera t'il pas plus solide?
Maintenant j'aimerai bien qu'on me dise à quoi sert réellement un fer, parce que je n'en vois pas l'utilité..

Portrait de Mallice
Bonjour,
 
Nous ne sommes ni pro-fer ni anti-fer, nous proposons simplement une explication sur les raisons du ferrage. 
Comme nous l'expliquons dans l'article, ce ne sont ni le box, ni les champs moelleux qui usent éxagérément la corne des sabots mais bien le contact régulier avec des surfaces abrasives (sable de carrière, goudron de la route, etc.). Dans ce cas oui, un cheval de club qui fait 3h de carrière par jour use plus sa corne qu'un cheval qui vit à l'extérieur. 
Si les hommes ont commencé à ferrer les chevaux ce n'est pas pour le plaisir, et il est communément admis que le ferrage a été instauré pour limiter l'usure excessive de la corne.
Cela étant dit, le ferrage est aujourd'hui devenun un phénomène culturel qui n'a pas toujours de justification ni de raison d'être. Un cheval travaillé modérément ou vivant exclusivement au pré n'a à priori aucune raison d'être ferré. Le ferrage devrait normalement être une mesure palliative et non quelque chose de systématique.
A ma connaissance, il n'existe pas de recherches scientifiques démontrant que le ferrage altère la qualité de la corne ou sa pousse ; en revanche, il est certain que le ferrage modifie les appuis, et un cheval ferré toute sa vie n'aura pas la même aisance une fois défféré qu'un cheval depuis longtemps "pied nu". Il existe également des différences selon les races et les sélections opérées par l'homme. 
Comme précisé dans l'article et dans notre première réponse, il existe incontestablement des "abus de ferrage" et beaucoup de chevaux pourraient se passer aujourd'hui de fers. Comme toujours, tout dépend de ce que l'on fait vivre à son cheval, quel type de travail sur quel support et à quelle intensité. 

Sometimes I think the surest sign that intelligent life exists elsewhere in the universe is that none of it has tried to contact us. (Bill Watterson, Calvin & Hobbes). 

Utilisateur non enregistré

Faux, il faut qu'un cheval marche 40km par jour pour arriver à user la corne autant qu'elle ne pousse et il s'adapte en régulant la pousse en fonction : si l'usure est intense, la corne est de plus en plus dure.
Le ferrage était pour limiter la pourriture des pieds des chevaux emprisonnés en box, il n'aurait pas été généralisé si le cheval ne baignait pas dans ses excréments pour être à disposition comme un esclave durant des siècles!

Avoir un cheval non ferré est plus "contraignant" et moins rentable, il nécessite qu'on s'adapte à lui (et pas le contraire!), il faut faire attention à l'alimentation (on ne peut pas donner de granulé sucrés industriels inadaptés au cheval), on ne peut pas l'enfermer en box, on ne peut pas le doper, le médicamenter à outrance car tout se voit et influe négativement le fonctionnement du pied (donc plus d'utilisation forcée), il faut qu'il marche, qu'il soit un vrai cheval quoi!

Le ferrage est cause d'atrophie, de pathologies graves, de dégénérescence (descente distale, encastelure, naviculaire etc etc etc)

Voir la méthode Lafosse datant de 1756 et le ferrage Charlier datant de 1865 qui visaient à corriger les méfaits du ferrage traditionnel entre-autre!
Sois disant que (extrait d'un traité de maréchalerie) : "La ferrure de Charlier était utilisée pour soigner une malformation du pied appelée encastelure”
Je précise que la "malformation" en question dite encastelure est générée par le ferrage qui comprime le sabot, l'empêche de fonctionner normalement, crée des pathologies (naviculaire, déformation, atrophie, etc.) et force le pied à fonctionner à l'envers: un pied nu non ferré pose le talon en 1er comme chez tous les animaux alors que ferré il pose la pince en 1er et le talon en second, ce qui est contre-nature et crée des dommages.

Le ferrage Charlier avait donc pour but de laisser le dessous du pied (talon, fourchette, sole) en contact avec le sol comme il se doit sur un pied nu (sans excédent de paroi) afin qu'il refonctionne normalement tout en étant anti-dérapant de part sa portance sur les pavés citadins. Donc de guérir le pied des soucis dus au ferrage, ce dernier étant une nuisance dite "nécessaire", aucune représentation (surtout d'époque) de sabot non ferré n'est juste, vu qu'il a été déformé et atrophié par le ferrage effectué souvent dès le plus jeune âge: talon haut, étroit et sabot plus large devant que derrière alors que c'est l'inverse, les talons doivent être bas et plus larges que l'avant, la base du mécanisme se situant là. Bref, Charlier tentait un retour à la normale comme il pouvait avec les moyens de l'époque, ses réflexions sont justes : Recueil de médecine vétérinaire : Page 738 jusqu’à la page 755 : Explications, témoignages et réflexions de Mr Charlier

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6242638x/f50.image.r=boutoir.langFR

Il fallait poursuivre en enlevant les fers, il n'était pas loin de pratiquer ce qui doit être, tout ce qu'il décrit peu être obtenu avec des parages appropriés (pas des parage de prairies ou d'herbage qui n'ont rien à voir avec des parages de podologues équins), hélas on en est revenu aux prothèses diaboliques, pauvres chevaux!

De nos jour les mentalités évoluent, on se rend compte que les chevaux peuvent évoluer sans fer, en endurance, obstacle, dressage, course, du moment où un parage podologique (il y a des formations longues diplômantes qui commencent à émerger en France après les USA, on est toujours un pays en retard) est effectué correctement dans le but d'obtenir ou de ré-obtenir (des mois de transitions sont nécessaires après déferrage) des sabots normaux avec une système circulatoire non astrophié, ce qui forcément influe le reste du corps: circulation sanguine améliorée, locomotion fluide, maladies évitées ou aténuée (fourbure moins grave sur pieds paré non ferré) .... Bref, ce type de ferrage était pointu, délicat, donc n'a pas perduré.... Dommage, ça aurait été un bon début vers le pied normal.

Au fait je fais partie des convaincus du pied nu ! Après avoir été maréchal...

j'ai des chevaux qui randonnent sur des cailloux pieds nus, je pare juste mes chevaux qui ont de très beaux pieds, ferai appel à un pareur DAEP s’il y avait un souci non gérable, ne les ferrerai plus jamais et je suis heureuse quand je vois des maréchaux de formation abandonner les fers lorsqu'ils découvrent le pied nu et disent ne plus jamais poser de fers car en leur âme et conscience ils en sont incapables tellement ça va à l'encontre de la bonne santé du pied. Alleluia ! "

Utilisateur non enregistré

pour ce qui est des chevaux performants pieds-nus, il suffit de chercher quelques exemples:
5′ min de recherche sur google donne: extraits du site: http://horsevet.be/index.php?option=com_content&task=view&id=32&Itemid=33

GALOPEURS
-Simon Earl, à Newmarket, en Grande-Bretagne, a des galopeurs qui gagnent leur courses pieds nus http://www.simonearleracing.com/

DRESSAGE
-la cavalière internationale de dressage Lucinda McAlpine http://www.lucindamcalpine.co.uk/ garde ses chevaux de manière naturelle.
-la cavalière internationale de dressage Emma Hindle (équipe de Grande-Bretagne) a récemment retiré les fers de ses chevaux qui sont au niveau FEI et semble être particulièrement contente des résultats obtenus avec ses chevaux « pieds nus ».

ENDURANCE
De plus en plus de cavaliers d’endurance de top niveau (160km) font toutes les compétitions pieds nus. Voyez : http://www.equethy.com/competition/endurance.htm
Le cavalier Les Spark monte ses chevaux pieds nus et son cheval de top niveau « Magica’s Minstrel » (pur-sang Arabe) n’a jamais été éliminé pour cause de boiterie. Les Spark monte aussi un pur-sang anglais pieds nus en compétition http://www.fnesaddles.com/uploads/Barefoot/PDF/Endurance%20GB%20mag%20ve...

COMPLET
Même en concours complet, certains cavaliers montent sans fers : voir
http://www.naturalhorsetrim.com/Section_23.htm

CSO: http://podologie-equine-libre.net/2013/03/13/peut-on-sauter-sans-fer/

Dressage: http://podologie-equine-libre.net/2013/03/12/le-pied-nu-chez-les-dressous/

Endurance: http://podologie-equine-libre.net/2013/03/13/peut-on-pratiquer-landuranc...

Quand on penses aux résultats des 2 dernières TEVIS CUP … la preuve est faite 20 fois!

Mémoire d’une étudiante Belge: http://podologie-equine-libre.net/2013/03/12/chez-le-cheval-quels-sont-l...

Portrait de Mallice
Bonjour, merci pour votre lecture attentive et votre participation à cette discussion (vous permettez que je commence par vous saluer et vous remercier, excusez mon côté vieux-jeux mais j'apprécie de démarrer les débats par une marque de respect envers mon interlocuteur, plutôt que par "faux"). Voilà. Maintenant que les formalités d'usage sont accomplies, passons donc au fond du débat ; je précise simplement qu'Axiomcafe est un site de vulgarisation, qui tente de présenter les choses de la façon la plus objectif possible et que nous ne rentrerons pas dans des débats "idéologiques" ou manichéens. 
 
Comme nous l'avons donc dit et redit, nous ne disons absolument pas que le ferrage est indispensable et nécessaire à toute pratique équestre. Je suis moi même cavalière, très intéressée par les questions de locomotion, de ferrage et de "contraintes" d'ordre général que nous appliquons sur nos chevaux, et je n'ai pas peur de remettre en question des pratiques qui tiennent plus de la culture que d'une nécessité. Je partage donc parfaitement votre avis sur le fait que garder des chevaux pieds nu n'est pas une aberration, je suis au courant que des chevaux peuvent être montés et travaillés sans fer. 
Pour autant, le débat (pour moi) n'est pas complètement tranché encore, puisque je discute fréquemment avec des maréchaux qui, loin d'être des criminels sans cervelle, semblent trouver une certaine utilité aux fers dans certains cas. N'ayant pas fait moi-même d'études dans ce domaine, je m'efforce donc de trouver (en toute sincérité et objectivité) le plus de renseignements possibles pour faire la part des choses. 
 
La question, selon moi, est de savoir si le ferrage nuit à la locomotion du cheval, à ses aplombs, à ses appuis, à sa circulation sanguine, bref : à sa santé et son bien-être. Ne mélangeons pas tout, la question de l'hébergement et de la nourriture est un autre débat. Les chevaux ferrés ne sont pas tous hébergés en box sur des montagnes de purin et gavés de granulés enrichis, s'il vous plait, ne transformons pas un débat intéressant en un discours amalgamant et haineux.
Je n'avais encore jamais entendu dire que les chevaux ont été initialement ferrés pour éviter la pourriture de leur pied, je ne vois d'ailleurs pas en quoi une plaque de fer peut protéger de la pourriture un pied qui baigne dans l'humidité mais soit : si vous avez des sources fiables pour montrer cela, je suis preneuse !
Mais jusqu'à preuve du contraire, il semble tout de même que les premiers fers ont été conçus pour permettre au cheval d'encaisser les efforts surnaturels qui lui étaient demandés, à savoir porter ou tirer de lourdes charges, sur de longues distances et parfois sur terrains abrasifs ou caillouteux. Avant le fer, les grecs avaient même inventés l'hipposandale (qui est redécouverte aujourd'hui) à base de cuir et de fibres végétales. Celles-ci ne permettant qu'un déplacement lent des chevaux, le système aurait ensuite évolué vers le fer fixé directement dans la corne du sabot. Alors oui, certes, il y a des régions du monde où les chevaux ne sont pas ferrés (mongolie, certains coins d'australie etc...) ; les climats ne sont pas les mêmes, la géographie n'est pas la même, ni la sélection des chevaux par l'homme et ses critères... Il me semble que le fer est avant tout le symptôme d'un mode de vie inadapté ou d'un inadéquat plus que sa cause... Mais c'est un autre débat.
Les mentalités et les pratiques ont évolués, continuent d'évoluer, heureusement, tant chez les maréchaux que chez les cavaliers. Il est incontestable que dans beaucoup de cas, le ferrage tiens plus d'une habitude culturelle que d'une nécessité, et que la recherche dans ce domaine doit être encouragée pour produire des données fiables et sérieuses - et ainsi aider les propriétaires et les maréchaux à faire les bons choix.
Le maintien pieds nus des chevaux est une piste à explorer absolument, à encourager dans certains cas ; comme toujours, il faut échanger, observer, comparer, tester, mais toujours dans l'intérêt des chevaux et non au nom d'une idéologie de recherche de "nature", qui, il faut bien l'avouer dans le cadre de l'équitation, n'a pas beaucoup de sens (et encore faudrait-il trouver une définition de ce mot fourre-tout). 
Quant au fait de pouvoir affirmer là, maintenant, que TOUT ferrage est dangereux, contreproductif et nocif à TOUS les chevaux, je vous avoue en toute honnêteté que je n'ai pas les données en ma possession me permettant de le faire. Ce n'était d'ailleurs pas (je le rappelle) le but de cet article, qui était simplement d'expliquer l'origine du ferrage et pourquoi, aujourd'hui encore, la plupart des chevaux sont ferrés !
 
En tant que passionnée par le sujet, je continuerai mes recherches et suivrai avec attention l'évolution de la connaissance - et j'invite tous les cavaliers, propriétaires et maréchaux à en faire de même, bien sûr :)
 
A bientôt sur Axiomcafe
 
 
 
 

Sometimes I think the surest sign that intelligent life exists elsewhere in the universe is that none of it has tried to contact us. (Bill Watterson, Calvin & Hobbes). 

Utilisateur non enregistré

bonjour, donc...
Bonnes recherches alors...vous verrez, vous aboutirez aux mêmes résultats que moi en gros..... Vous en êtes au début de la réflexion, donc encore ouverte dans la reflexion...Quand vous aurez quelques recherches derrière vous, des années de constat, vous serez sans doute devenue aussi "extrémiste" que moi, convaincue et ne ferez aucune concessions... Pardon pour ma flamme, mais je suis tellement revenu de toute cette "normalité" qui me dégoûte....
La nourriture et le type d'habitat sont des éléments à prendre en compte dans la qualité des pieds et le pourquoi du ferrage, ne pas les négliger!
Un cheval ferré tiendra mieux le choc de l'éloignement de son mode de vie qu'un cheval pieds nus... (ex : clubs, box, milieux sportifs...)
Quant au terme de "naturel", je ne suis pas du tout baba cool et me méfie de ce terme, mais je prend en compte le confort normal d'un cheval...
CDT

Utilisateur non enregistré

au fait, pardon pour mon démarrage sur les chapeaux de roue, j'apprécie votre avis, bien sûr! Vous semblez très ouverte à la question!
Cependant quant il s'agit de la bêtise humaine et du bien-être animal, je m'emporte vite et n'ai plus la patience de mes début pour dialoguer et tenter de convaincre gentiment les gens.... J'ai dépassé le stade du débat sur la question depuis longtemps et entendre le mot "ferrage" est devenu assourdissant pour moi... Je pense qu'il ne sert à rien de tenter de prouver nos convictions...Il appartiens à chacun de s'informer et d'en tirer les conclusions qui s'imposent, c'est pourquoi j'espère que chaque personne fera l'effort d'aller chercher l'info en question....
Nous ne sommes pas des moutons, donc je propose et vous disposez.....
Pour ma part j'ai vu bon nombre de chevaux faire des km pieds nus, des endurances, des trecs, des randonnées longues... des naviculaires guérirs.... alors quand j'affirme que quelque chose est faux, je sais de quoi je parle....
Et quant il s'agit d'agir pour la cause des animaux, on n'a pas de rond de jambes à faire.... Tellement d'ignorants vont lire cet article, j'espère leur ouvrir les yeux comme on m'a ouvert les miens... Même si sur le coup j'ai un peu fermé mes écoutilles, j'avoue :)
Après des recherches perso, forcé m'a été d'admettre que j'avais tort!

Utilisateur non enregistré

Bonjour je me permet de répondre a votre message car je pratique l'endurance équestre a haut niveau ( cavalière international ) et il n'y personne qui fait 160 km pied nue ... Les micro tromatismes serait trop énorme. Il y a quelques années des cavaliers russes ont bien essayer sur une ou deux courses et on ne les as jamais revu...
Avant de se balancer des infos tel que celle ci renseigner vous plus. A bon entendeur