Pourquoi les coccinelles n'ont-elles pas toutes le même nombre de points ?

La question

'Coccinelle, demoiselle, bête à bon dieu...' S'il est un insecte qui nous est sympathique, c'est bien la coccinelle ! Elle plaît au jardinier par son appétit pour les pucerons, mais elle attire aussi les enfants qui aiment les percher sur leurs doigts pour compter leurs points et les regarder s'envoler. D'ailleurs, ces petits coléoptères sont loins d'être tous identiques : de différentes tailles, parfois jaunes ou noires, même légèrement poilues, elles n'ont également pas toutes le même nombre de points. Est-ce dû au hasard, ou cela a-t-il une explication scientifique? 
 
Coccinelle

La réponse

Cycle de vie
Commençons par détruire les idées reçues, comme nous aimons le faire sur AxiomCafe. Le nombre de points sur les élytres (coque de protection des ailes) des coccinelles n'indique pas leur âge, que ce soit en nombre de semaines, de mois ou d'années. La quantité de tâches n'indique pas non plus la position sociale de l'insecte. La coccinelle telle que nous la reconnaissons habituellement est au stade dit imago, c'est à dire adulte. Sa morphologie est stable et n'évolue plus : le nombre de points est prédéterminé à la sortie de l'oeuf. Ils nous servent bien souvent à identifier les différentes espèces de coccinelles.
Error
Le nombre de points de la coccinelle dépend de son espèce !
Il existe des espèces arborant jusqu'à 22 points ! La plus commune dans nos régions est la coccinelle à 7 points, nommée en conséquence Coccinella septempunctata: la 'coccinelle à sept points'. Sous ses airs sympathiques, c'est en réalité une vraie tueuse, et ses larves le sont tout autant. Notre coccinelle peut ainsi dévorer plus de 200 pucerons par jour !
 
Si les points n'indiquent pas l'âge de l'animal, la couleur de la coccinelle évolue en revanche : jaune à la naissance, elle prend sa couleur rouge progressivement. Attention toutefois ! Il existe des espèces de coccinelles dont la couleur définitive est jaune ou orange ! Ce ne sont pas des juvéniles (enfants) de la Coccinella septempunctata, mais bien des espèces différentes. Notez que la Coccinella septempunctata est facilement reconnaissable grâce à ses tâches blanches sur la tête, ainsi que la tache noire juste derrière la tête, entre les deux élytres. (cf image [3])
 
 Adalia bipunctata  Coccinella vigintiduopunctata  Coccinella septempunctata
 [1] [2] [3]
En résumé...
 
Contrairement à l'idée reçu, le nombre de points de la coccinelle ne dépend ni de son âge ni de son statut social mais de son espèce. La plus commune de nos régions est la Coccinella septempunctata, autrement dit la coccinelle à sept points.
 
Pour les plus curieux, voici quelques bonus...
 
Elever des coccinelles ?
Probablement l'anti-puceron le plus écologique qui soit, il peut être tentant d'élever des coccinelles dans son jardin. Mais encore faut-il les convaincre de rester chez soi ! Attention toutefois de ne pas chercher dans le commerce les fameuses « coccinelles asiatiques ». Si celles-ci sont redoutablement efficaces dans la lutte anti-pucerons, elles n'en sont pas moins très invasives et aggressives envers nos coccinelles locales. Importées en Europe dans les années 80 comme moyen de lutte écologique, elles ont surtout été commercialisées massivement dans les années 95. Elles ont désormais échappé à tout contrôle et sont considérées comme nocives pour la plupart des populations de coccinelles locales.
 
Ces coccinelles de chine (Harmonia axyridis) peuvent être de couleur jaune-orangée à rouge, parfois même noires. Elles présentent entre 0 et 9 points. Avec une moyenne de 7 mm de long, elles sont plus grosses que la septempuctata. Ce sont ces coccinelles qui ont tendance à se rassembler massivement à l'automne, pour tenter de passer l'hiver au chaud dans nos maisons. N'écrasez pas pour autant toute coccinelle qui vous paraitra étrange ! Certaines de nos espèces locales présentent elles-aussi une grande variation de couleurs et de formes, ce qui ne rend pas aisée leur différenciation...
 
Harmonia axyridis  Harmonia axyridis noire à deux points  Harmonia axyridis sans tâches
[4] [5] [6]
 
Pourquoi dit-on 'la bête à bon dieu' ?
Il est déjà parfois difficile de ne pas mélanger les mythes urbains avec leurs interprétation scientifique, mais lorsqu'il s'agit de retrouver l'origine d'une appelation, qui a traversé les âges et les histoires, c'est une autre affaire. La coccinelle est une bénédiction pour les jardiniers car elle les débarrasse des pucerons, mais il était également admis que l'envol des coccinelles annoncait la pluie, synonyme de bonne récolte. Par extension, si le vol des coccinelles porte chance, la légende préconise de souffler un voeu à la demoiselle qui en s'envolant ira le répéter au bon dieu...
Mais il semblerait que derrière ces suppositions pour le moins hasardeuses se cache une origine historique, comme celle présentée par le musée Zoologique de Lausanne :
«Suite à l’assassinat à Paris d’un homme, son apprenti est soupçonné et condamné à mort malgré ses protestations. Condamné à avoir le coup tranché, il y avait foule ce jour là pour assister à cette exécution. Lorsque le bourreau lève sa hanche, il aperçoit une coccinelle posée sur le cou du jeune homme. A première vue le bourreau ne pouvait se décider à trancher le cou du jeune homme, il enleva donc la coccinelle très délicatement et lorsqu’il relève sa hache, quelle n’est pas sa surprise de constater que la coccinelle était de retour sur le cou de ce pauvre jeune homme. Le bourreau eut beau insister, mais la coccinelle était obstinée, au point que le roi d’alors (Robert le Pieux) intervint et souligna que la coccinelle accomplissait là une mission divine et qu’il s’agissait d’un miracle. On gracia le jeune homme, et quelques jours plus tard le véritable coupable fut découvert. Dès lors les gens de Paris parlaient de la « bête du bon Dieu » et plus personne ne pensait à écraser ce petit insecte sans que cela apparaisse comme un sacrilège ».
 
Cette explication, moultes fois racontée et transformée -comme c'est l'usage dans la transmission de légendes- fait qu'au fur et à mesure des versions on ne sait plus très bien si c'est le bourreau ou le condamné qui retire la coccinelle, provoquant l'émotion des juges. Quoi qu'il en soit, il semble que l'on prête à ce petit coléoptère des propriétés pour le moins 'miraculeuses' depuis longue date.
 
 
Références images :
Schéma du cycle de vie des coccinelles : http://ecoccinelle.over-blog.com/article-2276846-.html
[1] Adalia bipunctata ; image originale ici
[2] Coccinella vigintiduopunctata, cocinelle à 22 points, image originale ici
[3] Coccinella septempunctata
[4] Harmonia axyridis, photo : Michael Becker/ GNU Free Documentation license ; image originale ici
[5] Harmonia axyridis noire à deux points, image originale ici
[6] Harmonia axyridis sans tâches, copiryht John Pickering for Discover Life, image originale ici
 
 
Lien retour vers la boite à Pourquoi
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.3 (11 votes)

Commentaires

Utilisateur non enregistré

viagra original oder generik

generic viagra

viagra generic

viagra congestione nasale