Pourquoi les araignées ne se collent-elles pas à leur toile ?

La question

Si certaines araignées sont capables de chasser leurs proies à pattes nues, la plupart tissent avec grande dexterité des pièges de soie. Les insectes volants qui heurtent la toile s'y retrouvent pris au piège et rapidement détectés à cause des vibrations qu'ils émettent en se débattant. Mais l'araignée auteur de ce piège, comment fait-elle pour aller chercher sa proie ? Pourquoi ne reste-t-elle pas collée à sa propre toile ?
 
Araignée

La réponse

Le monde des araignées est très diversifié, et nous ne pourrons pas aborder toutes les stratégies existantes dans la nature.
Nous verrons donc deux cas, ceux que l'on rencontre le plus fréquemment : celui des araignées à toile géométrique et celui des araignées à toile en entonnoir.
 
Les araignées qui tissent des toiles géométriques tendent un piège destiné aux insectes volants. Mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, toute la toile n'est pas collante.
Error
Dans son abdomen, l'araignée possède une véritable usine à soie, stockée sous forme liquide et composée principalement de grandes protéines fibreuses, les fibroïnes. La soie est secrétée sous forme de gouttelettes : au contact de l'air, elles se solidifient et l'araignée, par une technique de filage, l'étire en fils élastiques. De plus, l'araignée possède plusieurs types de glandes, qui synthétisent des fibrilles de soie différentes. Une araignée peut donc posséder des glandes pour créer des fils d'armature de toile, des fils adhésifs, des fils d'empaquetage de proie, des fils de cocons…
Lorsque l'araignée tisse sa toile, elle construit tout d'abord une armature solide en fils secs. Puis, elle entame la fabrication de soie collante et revient sur ses pas. Elle mange la première toile en spirale et la remplace au fur et à mesure par des fils collants. Elle ne laisse qu'une petite place centrale, avec des fils secs, où elle se tient immobile à attendre ses proies.
Logo question
Pourquoi notre savante arachnide mange-t-elle ses anciens fils au lieu de simplement les découper ?
Car pour l'araignée, qui est aussi très économe, pas question de gaspiller des protéines coûteuses à fabriquer : elle fait tout simplement du recyclage ! La soie sèche est digérée et les protéines réutilisées.
Finalement, la toile géométrique de l'araignée est mixte : composée de rayons secs, et de fils en spirale collants. Pour chercher sa proie, l'araignée emprunte donc un chemin qu'elle sait être sec.
 
Mais ce n'est pas tout ! Si vous n'êtes pas arachnophobes, reproduisez l'expérience d'Henri Fabre : mettez de l'huile au bout de vos doigts et touchez une toile d'araignée délicatement : vos doigts n'y restent pas collés ! Notre araignée en fait de même: en enduisant le bout de ses pattes d'une substance graisseuse, elle les empêche de rester coller aux fils.
 
La construction de toiles géométriques chez les araignées se fait selon une série d'étapes systématiques. Et pour construire des rayons aussi réguliers, l'araignée n'a pas besoin de notions mathématiques : elle tisse ses fils selon la taille de ses pattes !
Sur le schéma, les fils secs sont en bleu et les fils collants en rouge.
 
Passons maintenant aux toiles en entonnoir : l'exemple le plus commun est la toile de la tégénaire. Cette grosse araignée, qui vit dans nos maisons et qui fait pousser des cris d'effroi à de nombreuses personnes, est pourtant inoffensive. Elle utilise un autre procédé pour capturer ses proies : elle tend sa toile en forme de filet, qui finie sur un petit entonnoir où elle se cache. Dans son cas, les fils, non adhésifs, sont très fins et très emmêlés. L'insecte qui se prend dans la toile est déstabilisé et s'y emmêle. La tégénaire, attirée par les vibrations, s'approche avec précaution de sa proie en prenant garde aux secousses et la saisit entre les chélicères (ses mâchoires).
Error
Lors de la saison de reproduction, la femelle tégénaire tend un fil de cheminement enduit de phéromones qui attire les mâles près de sa toile. Lorsqu'un prétendant se présente, il tapote la toile de manière à ne pas être confondu avec une proie. Si la femelle sort de son trou, il décampe vite fait, sinon il s'aventure sur la toile de la demoiselle. Pour être plus à l'aise dans son cheminement, le mâle a enduit ses pattes d'une substance grasse. Ainsi, lorsque vous trouvez dans votre baignoire ou votre évier une tégénaire en galère, c'est forcément un mâle qui aura raté son affaire ou se sera perdu en chemin : avec ses pattes glissantes, il ne peut pas remonter ! Ne le tuez pas, il nous rend de grands services en dévorant mouches et moustiques. Prenez plutôt l'habitude de laisser un linge sur le bord de la baignoire, pour l'aider à sortir...
 
En résumé...
 
Les araignées qui construisent des toiles géométriques utilisent deux types de fils : certains restent secs, d'autres sont gluants. Les araignées se déplacent donc sur les fils secs. De plus, certaines ont le bout des pattes grasses comme une protection supplémentaire.
 
Les araignées qui construisent des toiles en entonnoir, comme les Tégénaires, n'ont pas de système de colle mais fabriquent des filets où les insectes s'emmêlent. Seul le mâle tégénaire a les pattes grasses, pour mieux s'aventurer sur la toile de la femelle.
 
Pour aller plus loin :
- Site internet sur les araignées "domestiques" : http://tegenarius.chez.com/
- Le petit guide des araignées à toiles géométriques 1ere et 2eme parties - La HULOTTE n°73 et 74. P.Deum (1996)
 
Lien retour vers la boite à Pourquoi
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.1 (18 votes)